Le NRB l’emporte au bout du suspense

Ce soir Mangin accueillait le choc des leaders de la poule G de l’Eurocup. Au bout du suspense ce sont les Déferlantes qui l’emportent, 64-62.

Des Déferlantes à réaction

Emmanuel Coeuret a demandé à ses joueuse deux victoires cette semaine. Face à Angers, samedi soir, le NRB devra effacer deux revers consécutifs en championnat. Mais avant de disputer le derby c’est face à Pècs que les joueuses du NRB devaient se confronter. En jeu la place de leader et une voie royale vers les 1/8è de finale. La rencontre aura tenu toutes ses promesses. Disputé, accroché, indécis, le match entre hongroises et françaises aura tenu en haleine le plublic de Mangin Beaulieu jusqu’à l’ultime seconde. Car rien ne fut simple pour les nanto-rezéennes. Bousculées dès le premier quart par une équipe altruiste et combative, les partenaires de Sarah Michel (6pts, 5pds, 3rbds) s’accrochaient pour rester au contact (13-19, 10è).

“On est trop dans la réaction. Depuis le début de l’année nous sommes confrontés à ce problème. On attend d’être en difficultés pour commencer à jouer“.

L’entraîneur du NRB avait beau s’égosiller sur son banc de touche, Pècs sanctionnait les oublis défensifs derrière la ligne à 3pts et quand le shoot venait à être raté, la domination aux rebonds offensifs (19) de Destiny Williams (15pts, 15rbds) donnait automatiquement des secondes chances rédhibitoires à ce niveau. Yuliya Andreyeva tentait bien de sonner la révolte (6pts de suite, 14pts au total) mais Nathalie Hurst (15pts) répliquait dans la foulée (24-33, 16′)

On subit et puis d’un seul coup on se met à jouer. La fin de la première mi-temps est révélatrice. Pècs à pris une déferlante de points en quelques minutes. Ce n’était plus les mêmes joueuses“.

Symbolisé par une Aurélie Bonnan en mode patronne, les Déferlantes enchaînaient effectivement un 12-0 en l’espace de quatre minutes. Une folle remontée qui permettait au NRB de repartir aux vestiaires avec une avance plus acceptable (36-33, 20è).

 

Jusqu’à la dernière minute

 

Après la pause, les locales repartaient sur les mêmes bases mais manquaient plusieurs occasion de distancer l’adversaire.

“On a manqué des shoots faciles et dans le même temps on leur laissent des shoots ouverts qu’elles ne ratent pas. On a encore beaucoup à travailler sur ces petits détails qui nous coûtent cher”

analysait Sarah Michel à l’issue du match. Pècs profitait des ballons perdus pour infliger à son tour un 5-0, revenir dans la partie et finalement repasser devant d’une courte tête avant le money time (49-50, 30è). Les dix dernières minutes voyaient les défenses prendre le pas et si Emilija Podrug (17pts, 8/10) et ses coéquipières haussaient le ton sous leur panier, elles avaient en revanche bien du mal à trouver la mire de l’autre côté du terrain. Jovanovic (13pts), derrière la ligne à trois points, donnait même quatre points d’avance à sa formation à moins d’une minute de la fin. Jusque là très discrète en attaque, Isis Arrondo choisissait le bon moment pour sortir de sa boîte. Décisive, la meneuse ramenait son équipe à égalité avant d’intercepter le ballon dans les mains de Hurst. Margret Skuballa (8pts) provoquait l’ultime faute de Krisztina Raksanyi et ne tremblait pas sur la ligne des lancers-francs, 64-62. Après une bonne dernière défense, le NRB pouvait se féliciter d’obtenir un succès acquis à l’arraché.

La joie des nanto-rezéennes témoignait de l’importance de la victoire, à la fois pour la suite de la compétition mais également en vue de la réception de l’UFAB samedi prochain.

Oui je suis content parce qu’on a gagné mais je ne suis pas vraiment satisfait de notre rencontre. Si on joue comme ça contre Angers on ne passera pas.”.

Emmanuel Coeuret restait lucide à l’issue de la rencontre. Les Déferlantes ont trois jours pour régler ces détails qui coutent cher. Pour le moment l’heure est à la satisfaction. Il fallait l’emporter, le NRB l’a fait.

Leave a Comment

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.