Dans le dur offensivement

Dans le dur offensivement

Avec ce déplacement dans les Hauts-de-France, les Déferlantes terminaient leur série de six matchs face aux six grosses écuries de la ligue.

Le début de match des nantaises était brouillon et les joueuses villeneuvoises prenaient rapidement leurs distances (7/0, 3′). Un scénario qui obligeait Emmanuel COEURET à essayer de trouver rapidement des solutions en posant un temps-mort et en ouvrant son banc, mais le résultat escompté n’était pas au rendez-vous (12/2, 5′). Et si Nayo RAINCOCK-EKUNWE (14 points, 17 rebonds) et ses partenaires allaient provoquer les fautes adverses, elles peinaient à transformer cette bonne agressivité en points avant que l’internationale canadienne ne fasse trembler les filets à 3 points (12/7, 8′). Finalement, les Déferlantes digéraient bien ce début de match chaotique pour terminer ces 10 premières minutes à une possession de leurs hôtes (12/10, 10′). La défense de zone ligérienne perturbait énormément le jeu offensif nordiste et Katia CLANET (5 points) donnait l’avantage aux siennes pour la première fois de la rencontre (13/12, 12′). Le match gagnait alors en intensité et Johanne GOMIS (18 points, 6 rebonds) mettait les deux formations sur un pied d’égalité (17/17, 15′). Dans ces conditions, la richesse de l’effectif de Frédéric DUSART faisait petit à petit la différence (25/19, 17′). Mais, à l’image de Maud MEDENOU (12 points, 10 rebonds), les ligériennes ne s’en laissaient pas compter et conservaient l’espoir de réaliser quelque chose au Palacium au moment de regagner les vestiaires (29/23, 20′).

A l’image du début de rencontre, le retour sur le terrain était à mettre au crédit des locales qui, grâce à une belle adresse extérieure, s’échappaient au tableau d’affichage (37/25, 22′), mais sans s’affoler, les ligériennes laissaient passer l’orage avant de réduire l’écart (37/29, 24′). Malheureusement, le jeu offensif de Lidija TURCINOVIC (20 points, 5 rebonds) et co’ peinait à s’exprimer, la faute à une adresse défaillante, et l’avantage des partenaires de Johannah LEEDHAM (13 points, 4 passes) restait conséquent (41/31, 37′). Finalement ce 3ème acte n’aura pas fait avancer les choses puisque l’écart restait le même avant d’attaquer la dernière ligne droite (43/37, 30′). Laissant trop de deuxièmes chances, les ligériennes étaient punies par des nordistes qui retrouvaient leurs dix unités d’avance (47/37, 32′), et cette fois, Pauline AKONGA (8 points, 4 rebonds) et ses coéquipières continuaient d’appuyer sur l’accélérateur (54/42, 34′ – 57/43, 36′). L’ESBVA profitait de sa fraîcheur physique pour continuer à faire mal à des nantaises dont la fatigue commençait à peser dans les jambes (61/45, 37′), mais avec courage, et en allant chercher les coups de sifflet, ces dernières grignotaient un peu (61/50, 38′), obligeant même le staff nordiste à stopper le jeu. Et jusqu’au buzzer, les nanto-rezéennes feront parler leurs qualités de coeur et d’abnégation leur permettant de ne pas finir si loin du champion de France en titre (66/55, 40′).

Bien en place défensivement, c’est offensivement que les Déferlantes ont pêché, car avec un peu plus d’adresse, le résultat final aurait pu être tout autre. Mais, une nouvelle fois, la bande de Shona THORBURN (2 points, 2 passes) a prouvé qu’elle n’avait pas peur des “gros poissons” et cela est plutôt bon signe pour les futures échéances éminemment importantes.

Retrouvez les statistiques de la rencontre ici.

Photo: Xavier LECOINTE.

Attachment

Site

Leave a Comment

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.