Une défaite avec les honneurs

En déplacement chez le leader, le NRB a subi une troisième défaite de rang mais a montré que, même amoindri, il faudrait compter sur lui pour le Challenge Round.

Bourges surpris en première période

S’il l’on se fie à la lecture du classement général les Déferlantes ont perdu de leur superbe. Après six victoires de rang, les joueuses d’Emmanuel Coeuret viennent de subir à Bourges leur troisième défaite consécutive et, par la même occasion, de laisser le huitième spot qualificatif pour les phases finales à Mondeville. Si, à l’inverse, on prend le temps d’y regarder de plus prêt, on observe une certaine force de caractère et le refus de perdre sans se battre. La rencontre face à Montpellier n’a, il est vrai, souffert d’aucune contestation. Les deux suivantes, à l’inverse, auraient pu connaître un tout autre sort si le club de Loire Atlantique avait pu compter sur un effectif au complet. Car depuis deux matchs, Emmanuel Coeuret doit encore composer avec une infirmerie qui ne l’aura que trop rarement laissé tranquille cette saison.

il est dit que cette équipe nanto-rezéenne ne disputerait pas un match sans se battre

Sans ses deux étrangères, Thorburn et Skuballa, si importantes dans le dispositif tactique nantais, le NRB a fait douter Angers sur ses terres durant 39 minutes. On lui promettait l’enfer au Prado. Défait à une seule reprise, le Tango Bourges Basket est semblable à un rouleau compresseur cette saison (+25 contre Villeneuve, +24 contre Montpellier, +15 contre Basket Landes). S’y déplacer avec une meneuse de jeu tout juste sortie du cocon du centre de formation (Aline Dumont, 19 ans) et un banc de touche dont la moyenne d’âge frôle à peine les 19 ans (Stievenard, 22, Clanet et Ducret, 18), relève de la mission impossible.

Pourtant il est dit que cette équipe nanto-rezéenne ne disputerait pas un match sans y lasser ses tripes sur le terrain et Bourges allait l’apprendre rapidement. Sans complexe le NRB malmenait son hôte du soir et jouait crânement sa chance dans un premier quart offensif (10-13, 5è; 20-20, 10è). Porté par Sarah Michel (12 pts dans le premier acte), les bleues jouaient la pléiade d’internationales berruyères les yeux dans yeux. Dominé aux rebonds (38 pour Nantes, 32 pour Bourges) du fait de l’absence de ses tours jumelles Ciak et Tolo, il fallait un sursaut d’orgueil des joueuses de Valérie Garnier pour regagner le vestiaire avec trois points d’avance (35-32).

Insaisissable Sarah Michel

 

A la reprise Yuliya Andreyeva (10pts, 7rbds, 14 d’évaluation) faisait parler la poudre derrière la ligne et remettait la pression sur les tangos (37-38, 22è). S’appuyant sur Diandra Tchatchouang (19pts, 8rbds, 21 d’évaluation), les locales passaient un 13-3 salvateur au NRB pour terminer la période (50-41, 30è). Les partenaires d’Emilija Podrug (8pts, 12rbds, 5pds, 19 d’évaluation) auraient pu sombrer mais une nouvelle fois c’est avec beaucoup de coeur que les Déferlantes s’accrochaient à leurs adversaires. Les joueuses d’Emmanuel Coeuret revenaient même dans la roue berruyère (60-55) grâce à un tir primé de l’inévitable Sarah Michel (29pts à 12/19, 7rbds, 3int pour 29 d’évaluation). Sur la ligne des lancers-franc Bourges emportait la victoire finale (64-57) non sans avoir lutté.

Sans surprise la victoire de Mondeville face à Calais dans les mêmes temps, privait les Déferlantes de leur huitième place. Une double sanction qui n’est pas irréversible pour autant. Avec deux matchs à disputer, le NRB a encore toutes les cartes en main pour jouer le Challenge Round. Leurs deux concurrents principaux (Mondeville et Toulouse) n’ont pas forcément des calendriers plus simples. Remporter ces deux dernières rencontres et espérer un faux pas des Normande notamment, tel est la clé pour accéder au Challenge Round. Les Déferlantes viennent de rentrer dans le sprint final et le finish devrait tenir toutes ses promesses.

Crédit Photo : Xavier Lecointe

 

info @Bourges

Leave a Comment

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.