Mondeville crucifie le NRB

KB Sharp, d’un shoot à 3 points à la dernière seconde, a arraché la victoire face aux Déferlantes. Une cruelle fin de match qui met le NRB sous pression.

Si près si loin

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la rencontre d’hier face à l’USOM, pourtant on ne retiendra que cet ultime shoot de la franco-américaine. Ce type d’action qui peut vous trotter dans la tête une saison durant. Ce genre de shoot comme on en voit en fait assez rarement dans le championnat de France et qui vous fait chavirer une salle ou, en fonction de l’équipe dans laquelle on se place, vous climatise l’ambiance. Malheureusement hier l’euphorie était normande et le coup de massue fut bel et bien pour le groupe nanto-rezéen.

Pourtant les Déferlantes ont bien failli faire le hold up du week-end et repartir avec une première victoire à l’extérieur qui aurait fait le plus grand bien à l’équipe d’Emmanuel Coeuret. Face à une équipe mondevillaise invaincue sur son terrain, le NRB avait réussi à surpasser la fatigue accumulée suite à la rencontre de Coupe d’Europe. Certes la rencontre ne fut pas parfaite, loin de là. Les Déferlantes retombant dans leurs mauvaises habitudes comme la maladresses aux lancers-francs (11/21) ou ces maudits trous d’air qui conduisent immanquablement les partenaires d’Aurélie Bonnan (7pts, 8rbds, 11pds) à courir après le score à un moment du match (27-17, 58-46). Mais après une explication de texte, façon cadrage débordement, du coach nantais à la pause, les ligériennes avaient trouvé les ressources nécessaires pour recoller au score et inquiéter leurs adversaires (58-55, 28′).

Une dernière seconde qui peut laisser des traces

Jusqu’à ce slalom improbable de l’inévitable Sarah Michel (18pts) à une seconde de la fin donnant un point d’avance (78-79) et les deux points de la victoire à ses partenaires … Du moins c’est ce que tout le monde, hormis KB Sharp, à du se dire. “L’ascenseur émotionnel” comme jugera le capitaine Bonnan après le coup de sifflet final. “La chance sourit aux audacieux“, se contentera Emmanuel Coeuret, qui, comme le reste de son groupe, aura du mal à cacher sa déception après ce match qui tendait le bras au NRB. “Je n’aime pas perdre, et ça fait deux matches cette semaine qu’on ne doit justement pas perdre“.

Les Déferlantes réalisent la mauvaise opération du week-end en s’inclinant chez un adversaire qu’on voyait en début de saison comme un concurrent direct mais qui compte aujourd’hui trois points d’avance. La victoire contre le Hainaut samedi prochain à domicile devient donc impérative pour espérer jouer autre chose que le maintien. Le retour réussi d’Emilija Podrug (17pts, 11rbds, 21 d’évaluation) et la montée en puissance de Maggie Skuballa (22pts) laissent penser que le NRB peut s’imposer et relancer la machine nanto-rezéenne. Peu importe la manière, il faut s’imposer, d’autant qu’après les nordistes les Déferlantes enchaîneront avec Villeneuve d’Ascq, Montpellier, Angers et Bourges … C’est dire.

 

Les stats

Leave a Comment

(required)

(required)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.