Montpellier – Nantes-Rezé : Les échos du match

Montpellier – Nantes-Rezé : Les échos du match

Après la scène continentale, c’est sur la scène nationale que les nantaises s’apprêtent à faire leurs débuts avec le traditionnel Open LFB qui se déroule tout au long du week-end à Paris.

Côté Nantais :

Victorieuses en Belgique, les Déferlantes ont profité de match européen pour continuer à apprendre à se connaître et savent qu’il « faut mettre du rythme, notamment en défense, pour pouvoir trouver des solutions et être efficaces en attaque ». Déja adversaires il y a une semaine lors du PréOpen de Nouvelle-Aquitaine, les nantaises s’étaient lourdement inclinés (36/105) mais cela n’inquiète pas Emmanuel COEURET qui sait « pourquoi il y a eu cet éclat mais cela a pu mettre en lumière tous les efforts qu’il fallait effectuer face à un telle armada ». Satisfait du retour de Briana DAY qui « outre des points et des rebonds, a amené une dimension athlétique dans la raquette » et de Clarince DJALDI-TABDI qui « après un début de match compliqué, a réalisé une excellente deuxième mi-temps à Liège », le staff nantais pourra compter sur l’ensemble de son effectif pour cette première journée de championnat.

Côté Monptellier :

« Le point fort de cette formation ? C’est l’équipe, tout simplement ». Il est vrai qu’avec les arrivées d’Héléna CIAK, d’Endy MIYEM, de Marielle AMANT ou de Tina TREBEC, joueuse slovène, le BLMA possède un secteur intérieur de dimension internationale, et sûrement le plus impressionnant du championnat. A l’extérieur, le collectif montpelliérain n’est pas moins armé avec « de très bonnes shooteuses » que sont Samantha WHITCOMB et Taylor WURTZ, ainsi qu’un binôme de mondialistes françaises (Romane BERNIES et Alix DUCHET) « apportant beaucoup de rythme au jeu de l’équipe ». Spectaculaire sur le papier, l’effectif du BLMA doit néanmoins apprendre à se connaître puisqu’il n’est jamais facile pour un coach de faire d’une somme d’individualités un collectif soudé. D’ailleurs, Emmanuel COEURET a sa « petite idée pour embêter Montpellier » mais a confié, avec sourire et malice, la garder pour lui.

L’info en + :

Petite nouveauté cette année puisque, pour rééquilibrer les choses, les équipes victorieuses lors de ce rendez-vous se déplaceront chez leurs adversaires lors de la phase retour. Ainsi, si les Déferlantes gagnent dimanche soir, elles se déplaceront à Montpellier en janvier prochain. Et inversement.

Dimanche à 16h00, c’est donc un joli défi qui attend Ana SUAREZ et ses partenaires, mais ce n’est pas une mission impossible. Les Déferlantes version 2018/2019, c’est avant tout un vrai groupe sur et hors du terrain qui peut réaliser de jolis exploits, à commencer par ce week-end. Bon match les filles !!

Attachment

Leave a Comment

(required)

(required)