Ambrosia ANDERSON : « Avoir un impact positif »

Ambrosia ANDERSON : « Avoir un impact positif »

Quelques jours après son arrivée sur les bords de Loire, Ambrosia ANDERSON se présente à vous à travers cette petite interview.

Avant de débuter, peux-tu nous présenter Ambrosia la femme et Ambrosia la joueuse de basket ? 

Je suis né en Alaska, mais je n’y ai vécu que 2 ans. A l’âge de 5 ans, ma mère et moi avons déménagé à Hawai. Je jouais toujours à l’extérieur, et passais mon temps dans l’océan. Nous y sommes restés jusqu’à mes 12 ans, avant de prendre la direction du Colorado.D’un point de vue personnel, je suis vegan, et je possède un chien de 5 ans qui m’a suivi depuis Israël. J’adore les activités de plein air, jouer au tennis, le bowling, ou soulever de la fonte.

J’ai commencé à jouer au basket lorsque j’avais 8 ans, et je suis tombé amoureuse de ce sport immédiatement. En parallèle de mes études de « Geographic Informations System », j’ai joué au basket pendant 4 ans à l’université « Brigham Young ». En 2006, j’ai été drafté en 17ème position et ai joué pour 4 équipes (Minnesota, Connecticut, San Antonio et New-York) en 3 saisons WNBA, et c’est à Connecticut que j’ai préféré évoluer.

Quel est ton style de jeu, et quelles sont tes principales qualités sur un terrain de basket ?

Quand j’étais jeune, j’adorais sauter, courir aux 4 coins du terrain et essayer des mouvements de folie. Désormais, j’aime le jeu simple, rapide et efficace à la fois, mais j’adore toujours autant marquer. Quant à mes qualités, je dirais mon « scoring » et mon expérience. Ainsi, j’ai appris à prendre les bonnes décisions et ainsi éviter les actions trop risquées.

Pourquoi avoir accepter de relever le challenge nantais ? 

J’ai accepté de venir jouer ici car jouer au basket me manquait énormément, et Nantes était la meilleure option. Je connaissais le club, de l’extérieur, et n’avais que des bons échos sur le NRB. Je voulais juste avoir l’opportunité de continuer à jouer et faire ce que j’adore le plus au monde.

Quand tu jouais à Charleville-Mézières et Nice, quelles impressions avais-tu sur le NRB ?

Le NRB a l’image d’un club qui adore le « team game ». En effet, si de nombreuses très bonnes individualités sont passées par Nantes, le petit plus de ces joueuses, c’est qu’elles ont toujours joué en équipe, que ce soit défensivement ou offensivement. Ainsi, il était toujours très difficile de les affronter à cause de cela.

Ambrosia

Ambrosia et Shona, adversaires désormais coéquipières – Photo : Emmanuel NICOLAI

Tu es arrivée à Nantes il y a maintenant quelques jours. Quel est ton sentiment sur la ville, le club, les supporters ?

La ville à l’air grande et belle, avec beaucoup de choses à visiter et de nombreux endroits pour manger. Même si je n’ai joué qu’une seule fois à la maison, j’ai pu voir qu’il y avait beaucoup de soutien, et ce même après les matchs. Les supporters m’ont très bien accueillie. Quant au club, il est professionnel, et disponible pour toute demande. Le staff est à l’écoute des joueuses et tient toujours un discours positif et encourageant. Je me sens très bien ici, et excité à l’idée de donner mon maximum pour tout le monde.

Malheureusement, ton premier match en tant que Déferlante s’est soldé par une défaite. Qu’a t’il manqué à l’équipe pour aller chercher la victoire ?

En effet, ce n’était pas une bonne première pour moi samedi dernier, mais, malgré le revers, je pense que nous allons dans la bonne direction. Nous avons fait de bonnes choses, mais nous n’avons pas pris les bonnes décisions lorsque le score était serré. Nous aurions dû augmenter notre agressivité défensive pour récupérer quelques ballons supplémentaires, et offensivement, partager un peu plus la balle ce qui nous aurait permis d’avoir de meilleures situations.

A la fois individuellement et collectivement, quelles sont tes attentes, tes objectifs pour tes semaines nantaises ?

Personnellement, être la meilleure possible et aider l’équipe à gagner autant que possible, que ce soit en marquant, en passant, en prenant des rebonds ou tout simplement avec mon expérience. J’espère avoir un impact positif. En tant qu’équipe, je souhaite vraiment que nous jouions un beau basket, empreint de joie et positivisme. Pour le moi, le Top 8 doit être l’objectif de cette saison.

A quoi ressemble un « game day » pour toi ? As-tu des rituels avant d’entrer sur le terrain ?

J’aime prendre un bon petit déjeuner en regardant les Golden State Warriors jouer. L’après-midi, si je suis fatigué, je fais une petite sieste. Ensuite, passage par l’atelier coiffure obligatoire, et j’écoute également de la musique telle que du hip-hop ou du rap avant le match.

Photo : Laury MAHE.

Attachment

Ambrosia Site

Leave a Comment

(required)

(required)