Les PlayOffs, c’est parti !!!

Les PlayOffs, c’est parti !!!

Au terme d’une saison régulière semée de véritables combats, de petits couacs (à Tarbes ou face à Nice) mais également de jolis exploits (face à Basket Landes ou à Villeneuve d’Ascq), les Déferlantes se sont offert un « sucre d’orge » à déguster dès ce soir dans les Ardennes.

Alors que beaucoup de monde voyait Isis ARRONDO et ses coéquipières disputer les PlayDowns pour éviter la relégation, les voici sur la ligne de départ des PlayOffs avec en ligne de mire, rêvons-en, un titre de championnes de France. Septièmes à l’issue des 22 journées de la saison, les Déferlantes défient les deuxièmes du championnat, Charleville-Mézières, une formation qui monte en puissance depuis quelques saisons et qui ne réussit que très peu aux nantaises. En effet, à l’image des rencontres disputées cette année, les deux formations se livrent des duels accrochés dont les partenaires d’Amel BOUDERRA tirent le plus souvent leur épingle du jeu.  Mais ce quart de finale est un peu particulier puisque les nantaises aborderont cette double (voire triple) confrontation sans pression aucune, laissant volontiers le statut de favori au FCB qui vise une place en Euroligue pour la prochaine saison.

Sur le parquet de la Caisse d’Epargne Arena, les Déferlantes se présenteront donc sans Margret SKUBALLA mais avec une Katherine PLOUFFE qui, soyons-en sûr, nous montrera un autre visage que celui de mardi dernier, elle qui avait bien muselée par la défense villeneuvoise. Coté carolomacérien, Romuald YERNAUX peut compter un effectif bien garni, de qualité et dont la blessure d’Alicia DEVAUGHN, pièce importante de l’équipe, a vite été compensé par l’arrivée de Nayo RAINCOCK-EKUNWE, internationale canadienne. Un changement qui a légèrement modifié la façon de jouer des Flammes Carolo et que les Déferlantes parviendront peut-être à contrecarrer plus facilement.

Quoiqu’il en soit, Quianna CHANEY, qui monte en puissance match après match, et les nanto-rezéennes pénètreront sur le parquet l’esprit libéré avec juste la volonté de bien jouer au basket en se faisant plaisir, et il est possible qu’un second délice sucré les attende sur les coups de 21h30.

Photo: Laury MAHE (Association Shoot’Lo)

Attachment

NRB

Leave a Comment

(required)

(required)