Le début de saison vu par Caroline et Jean-François.

Le début de saison vu par Caroline et Jean-François.

Avant de retrouver les Déferlantes dimanche prochain du côté de Lyon, nous sommes allés à la rencontre de Caroline AUBERT et Jean-François, membre des So Déferlantes, afin de revenir sur ce début de saison.

La trêve internationale nous permet de dresser un petit bilan de ces deux premiers mois de compétition ainsi que faut-il retenir des résultats des Déferlantes jusqu’à présent ?  

Jean-François : « Les résultats me semblent tout à fait en ligne avec ce qu’on espérait. En championnat, on est dans une position intermédiaire qui permet encore tout et qui ne nous met pas de pression excessive. On est toujours dans la course en Coupe de France et en Eurocup. »

Caroline : « Selon moi, c’est un début de saison encourageant. Après c’est toujours l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Bien sûr, on pourrait avoir quelques victoires supplémentaires (à Tarbes évidemment, mais aussi à Mondeville voire même face à Charleville lors de l’Open) mais on a aussi gagné des matchs un peu à l’arrachée (je pense à Angers) donc moi j’ai envie de voir le côté positif qui est que l’on est toujours dans la course à cette fameuse 8ème place. »

Jean-Francois : « En plus, l’équipe a eu la délicate attention de n’offrir à son public quasiment que des victoires à Mangin (seulement une défaite contre Montpellier, champion en titre). Et au-delà des résultats, cette équipe a du cœur et sait s’arracher, ça fait forcément vibrer nos cœurs de supporters ! »

Une question plus classique. Caroline, quels ont été les points positifs et négatifs de ces premiers matchs ? Jean-François, quel est ton ressenti de supporter sur l’ambiance à Mangin ?

Caroline : « Je vais commencer par le négatif qui est pour moi l’irrégularité de nos prestations et surtout la gestion de nos temps faibles dans une même rencontre. Avec certaines joueuses très sollicitées et un banc talentueux mais très jeune, on sait que l’on aura toujours des coups de moins bien dans un même match. Il faut vraiment que l’on apprenne à mieux les gérer.

Dans les points positifs, je dirais vraiment le côté compétiteur de cette équipe. On aimerait parfois les voir mieux rentrer dans les matchs et ne pas subir mais une chose est sûre, elles ne lâchent jamais rien. C’est cet état d’esprit qui nous a permis d’aller chercher des victoires contre Angers et Basket landes, par exemple. »

Jean-François : « On est tellement occupé à chanter et à crier pendant les matchs qu’il est difficile d’avoir un avis sur l’ambiance générale de la salle. Mais, toutes proportions gardées évidemment, car on reste encore très loin des références en la matière comme Villeneuve, j’ai quand même l’impression qu’il y a eu de belles ambiances, notamment face à Angers, sans doute en raison du scénario incroyable, ou Basket Landes. Les clubs invités pour le « Challenge Benjamines » y ont fortement contribué, c’est une belle idée à intensifier. Pareil pour les écoles, comme ISEFAC qu’on a adoré avoir parmi nous. On est aussi très sensible au soutien qu’apporte le centre de formation. Tout ça permet de répartir l’animation à différents endroits de la salle. Sans oublier Wave qui permet de faire le lien qui ne ménage pas ses efforts, et a mis en place quelques trouvailles sympas.

Evidemment, on aimerait faire beaucoup mieux encore, on rêve que la salle entière se mette à l’unisson, qu’elle pousse, qu’elle vibre entièrement avec nous, ça aiderait immanquablement nos joueuses à se sublimer et à faire basculer des matchs. Pour cela, il faut ne faut baisser de pied et réussir à dynamiser le public notamment dans les temps faibles que peut rencontrer notre équipe, et c’est ça le plus difficile. Le public a tendance à suivre la dynamique de l’équipe, or, il faut qu’on arrive à donner aux filles la force d’inverser les situations compliquées. Si chaque spectateur devient un peu acteur du spectacle, rien qu’un peu, chacun à sa façon, Mangin deviendra une vraie salle à propulsion ! »

Vu du banc ou des tribunes, quels sont les facettes du jeu dans lesquelles les Déferlantes doivent progresser pour aller chercher des succès face aux grosses écuries de LFB ?

Caroline : « Comme évoqué un peu plus tôt, nous devons travailler sur la gestion de nos temps faibles qui nous ont coûté des points depuis le début de l’année. »

Jean-François : « Vu des tribunes, on a le sentiment que notre jeu défensif, autour d’une Katherine impériale, est bien en place, qu’on y met intensité et cohésion. C’est une bonne base déjà ! Sans doute est-ce en phase offensive où on a une marge de progression plus importante : on perd un peu trop de ballons, on manque parfois de mobilité pour créer des décalages. Peut-être qu’on pourrait aussi utiliser encore plus l’arme des tirs primés pour laquelle on a quand même de sacrées expertes, entre Yul’, Maggie et Amandine notamment. Après, on sait bien que notre effectif limité en nombre rend compliqué l’efficacité des deux côtés du terrain et la constance sur l’ensemble d’un match. »

Votre plus beau souvenir de ce début de saison ? Et le moins bon ?

Jean-François : « Difficile… J’hésite pour le plus beau souvenir, ça veut bien dire qu’il y en a pas mal ! Allez, je dirai le match contre Basket Landes, pour le résultat et la qualité du match bien sûr, mais d’abord pour les sourires des joueuses quand elles sont venues nous saluer lors de leur tour d’honneur. Une vraie joie partagée, des regards, des petits mots. On a senti les joueuses heureuses de nous offrir cette victoire, et ce lien, ces échanges, même furtifs, mais authentiques, c’est un formidable carburant pour les supporters ! »

Caroline : « Le meilleur, c’est un souvenir un peu perso car même si les victoires sont toujours de bons moments, je n’arrive pas à en dégager une plus que l’autre. Donc je dirais simplement la visite d’Amsterdam que nous avons faite avec Fred, le kiné et Kat’ lors de notre déplacement. J’ai découvert une belle ville en excellente compagnie alors c’était juste parfait.

Le moins bon, c’est facile, c’est la défaite à Tarbes. Je n’ai pas reconnu notre équipe ce jour là. Très frustrant. »

Jean-François : « Pour le moins bon souvenir, ce n’est malheureusement pas encore un souvenir, parce que c’est en ce moment. Un mois sans voir nos Déferlantes, entre le match contre Basket Landes du 7 novembre  et le prochain (le 7 décembre) contre Ragusa, c’est juste intenable ! »

so

Photo : Corentin PINGEON

Un petit mot sur l’apport très positif de la jeunesse nantaise ? J’imagine que c’est important et rassurant de voir que l’on peut compter sur la formation du NRB ?

Jean-François : « En tout cas, côté public, on a toujours une affection toute particulière pour ces jeunes qui débutent et qui symbolisent complètement l’esprit club. En plus, ces jeunes intégrées en équipe première sont de formidables exemples pour les autres joueuses du centre de formation. Donc, oui, c’est hyper positif que le club sache capitaliser sur la qualité du travail fourni au centre. C’est d’autant plus important que, lorsqu’on n’a pas des moyens financiers importants, la formation est forcément un axe vital. »

Caroline :  « C’est effectivement une excellente chose mais pour ma part je ne suis pas surprise car même si le volet économique a joué un rôle dans les choix, elles ne sont pas là par hasard. Evidemment elles ont encore beaucoup de choses à apprendre mais elles sont travailleuses et surtout à l’écoute, deux qualités importantes pour réussir. »

Jean-François : « Et puis, c’est positif aussi parce que les jeunes semblent s’être et avoir été très bien intégrées dans le groupe. Elles ont souvent fait des entrées intéressantes, pleine de culot. Et, même si on sait bien que la marche est haute entre la NF2/NF1 et la LFB et qu’il faut être patient, on ne doute pas qu’elles vont pouvoir apporter de plus en plus au fil de la saison, elles ont les qualités pour. »

Caroline : « Je voudrais rajouter que si cette jeunesse apporte beaucoup, c’est aussi grâce aux joueuses « cadres » qui ont confiance en elles et les accompagnent à merveille et qui adhèrent complètement au projet. Ça peut paraitre normal mais ce n’est pas toujours le cas donc c’était important de le préciser. »

Pour terminer, le 21 décembre, les Déferlantes évolueront à la Trocardière. Quel message voudrais-tu passer à tous les indécis qui hésitent encore à prendre leur place pour cette belle fête qui s’annonce ?

Caroline : « Que si la salle fait le plein, je remets le maillot….non je déconne, je serais capable de nous faire perdre en plus !!! »

Jean-François : « Dans ce bel écrin qu’est la Trocardière, c’est l’occasion de commencer les fêtes avant les fêtes : avant les fêtes en famille, la fête avec toute la famille basket ! L’occasion aussi d’agrandir la famille basket et de faire partager cette passion à nos amis et connaissances.

Et puis ces (trop) rares matchs à la Trocardière, c’est aussi une façon de se projeter dans le futur du NRB, quand le club y aura élu domicile. Et, de toutes façons, comme les Déferlantes vont tout faire pour sortir un gros match et tenter de faire un joli cadeau à leur public, ça ne peut tout simplement pas se rater ! »

Caroline : « Plus sérieusement, on aura besoin de vous pour faire tomber une belle équipe de Charleville, drivée par la meilleure joueuse française de la saison dernière. Plus qu’un match de basket, une rencontre à la Troc’ est un vrai spectacle alors n’hésitez plus et prenez vos places !!!! »

troc

Maintenant que vous avez entendu le message de deux acteurs du NRB, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas venir encourager les Déferlantes lors de cette rencontre de gala à la Trocardière. Réservez vos places dès maintenant : Billeterie.

Photo: Xavier LECOINTE

Attachment

so caro2 troc caro

1 Comment

    • Raymond Glotain

      27 novembre 2016

      début de saison très satisfaisant pour les matchs à domicile avec un calendrier favorable il est vrai; ( très légère déception pour le retour d’Amterdam , mais large qualification quand même et le banc a joué! ).bonus avec la belle victoire sur Basket Landes un peu diminué;.même si on pourrait souhaiter plus de spectateurs , l’équipe est performante à la maison
      A l’extérieur ça a moins bien marché mais Mondeville a réalise d’autres performances inattendues et Tarbes en surprendra probablement d’autres aussi.
      continuez, on se régale à Mangin et un grand bravo au staff technique et bien sûr à toutes les Déferlantes!!

      Reply

Leave a Comment

(required)

(required)